Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : affaire-de-gout - JACMETRON
  • affaire-de-gout - JACMETRON
  • : Les gens que j'aime se retrouveront sur ce petit blog. Pardon pour ceux qui n'y sontpas encore .
  • Contact

CONTACT

contact@affaire-de-gout.com

Cher visiteur du site, vous avez une suggestion

ou une bonne adresse que vous aimeriez retrouver ici

contactez-moi par le lien ci dessus.

Merci d’avance.

Rechercher Dans Le Site

BLOGAMIS

Journal d'un Epicurien et de sa Mona

index

Ne faîtes pas aux truies ce que vous ne voulez pas qu’on vous fît.
Lépicurien vous a transportés à Rome en compagnie de Trimalcion. Si les Gaulois avaient un faible pour les sangliers, selon Astérix, les Romains préféraient le cochon. Et sur les tables les plus raffinées de Rome, un met de choix était régulièrement servi. C’est la vulve de truie farcie. Pline dans son Histoire Naturelle rapporte qu’il préfère celles prélevées sur des truies qui n’ont eu qu’une portée alors que d’autres les préfèrent lorsque la cochonne a mis bas plusieurs fois. Pour certains, seule une truie nullipare[1] peut donner du plaisir (si j’ose dire).

LE  BLOG D'OLIF

olif.JPG

Petit lexique de savoir-boire à l'usage des agueusiques, des geeks et des non-comprenants
Ce petit lexique de savoir boire est probablement aussi superflu qu'un dictionnaire destiné à l'élite et aux bien nantis.Mais il ravira sans aucun doute tous ceux qui ont perdu l'usage de leurs papilles ou de leur cerveau, ainsi que ceux qui suivent, de près ou de loin, les gesticulations du petit monde du vin sur l'internet. Les costumes sont en tweed et les décors sont de Roger Hart Desproges (les photos ont été prises lors de sa tournée d'adieu).

vinetchere-copie-1.JPG

Trois champions français de l’huile de noix récompensés au Concours général agricole 2012

Les noyers constituent le second verger de France après les pommiers Le palmarès du Concours général agricole livre ces jours ci,  ses dernières cuvées de produits médaillés. Entre tous les piments d’Espelette, les vins, les huiles d’olive, les vanilles, les cidres, les bières, les huîtres… que vous retrouverez cités sur le site du concours, je ne résiste pas à l’envie de mentionner les huiles de noix.

Noix et huile de noix du Périgord ont une appellation d'origine contrôlée 

Promue par David Servan Schreiber dans son livre Guérir.

Articles Récents

Mes VIDEOS

Les vidéos de JACMETRON sur Dailymotion

WIKIO

27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 18:35

 

 

Avec l'été, eh oui on est en été !

Les morceaux à braiser ou à bouillir se vendent moins bien, conséquence : leur prix baisse. Même en bio, on trouve du plat de côtes à moins de 4 € le kilo. Certes, il y a un gros pourcentage d'os, mais c'est ça qui donne du goût !

Plat de côtes, tendron, collier, haut de poitrine donnent du goût... et un peu de gras. Gîte, macreuse, paleron, jumeau sont des viandes plus sèches. Il est bon d'user des deux sortes pour le pot au feu. Un truc : pour obtenir un bouillon plus goûteux, sacrifier un morceau de plat de côte que l'on met dans l'eau froide, les autres étant mis à l'ébullition pour qu'ils ne perdent pas leurs sucs.

 boeuf-miroton.JPG

Pour 1 bonne livre de restes de pot-au-feu

3 ou 4 gros oignons

beurre ou/et huile

une bonne cuillerée à soupe de farine

1/2  L du bouillon de pot-au-feu, dégraissé après un séjour au réfrigérateur

quelques c. à soupe de vinaigre de vin, suivant le goût

bouquet garni (persil, thym, laurier)

facultatif : câpres ou cornichons coupés en rondelles

sel, poivre

Préparation :

Couper le bœuf en tranches minces

puis en lanières pas trop longues.

Réserver. Éplucher les oignons,

les émincer au couteau.

Faire fondre le beurre ou/et l'huile dans une sauteuse.

Y mettre les oignons et les faire fondre doucement,

sans coloration, en remuant souvent.

Ajouter la farine, mélanger,

faire cuire 3 min à feu très doux, en remuant.

Verser le bouillon du pot-au-feu,

mettre le bouquet puis ajouter le vinaigre.

Faire cuire à très petit frémissement 1/2 h environ,

à découvert, jusqu'à ce que le mélange

soit réduit et onctueux.

Poivrer en fin de cuisson,

rectifier l'assaisonnement en sel si besoin.

Remuer de temps en temps.

Retirer le bouquet et ajouter le bœuf.

Au moment de servir, ajouter les cornichons

coupés en rondelles épaisses et éventuellement

des câpres entières ou coupées en deux.

La dose est une affaire de goût personnel !

On peut aussi faire gratiner à 180 ° (th 6).

Certain l'aiment froid, plus corsé en vinaigre...

Source : Nature et Progrès Côte d’Or.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JACMETRON - dans RECETTES
commenter cet article

commentaires